ACTUELLEMENT : Shiraz Bazin-Moussi // L’écume des amnésies

L’écume des amnésies

 

Exposition du 23 janvier au 13 mars 2021
!! Prolongation jusqu’au 27 mars 2021 !!

Vernissage 23 janvier 2021 à partir de 14h,
en présence de l’artiste pour signer son nouveau livre

 

 

Lorsqu’ elle était enfant, Shiraz Bazin-Moussi passait ses vacances d’été en famille sur les îles Kerkennah, un archipel tunisien rural et préservé, qui vit naître Farhat Hached, leader indépendantiste assassiné en 1952. Il y a quelques années, elle découvre que Google a oublié de « maper » une des îles de l’archipel et que celle-ci a disparu. Depuis, l’oubli a été corrigé. La photographe est retournée sur les traces de son enfance, à la recherche des images que sa mémoire a estompées, tout comme l’ont été les images officielles du récit national tunisien au temps de la colonisation, puis de la dictature.

 

 

« J’ai fait le voyage avec ce qu’il restait de mon regard et de mes sensations d’enfant – de loin mes souvenirs de vacances les plus intenses et les plus joyeux. L’aventure commençait par le trajet en voiture où s’entassaient enfants, adultes et bagages mal ficelés. Il y avait aussi ces serviettes humides coincées dans les portières pour estomper le soleil brûlant, les discussions sans fin pour savoir qui occuperait les places près des fenêtres… Je ne sais par quel miracle nous tenions à neuf dans une voiture prévue pour cinq. Nous étions bruyants, insouciants, libres et heureux. Bien sûr, quand adulte j’ai retrouvé Kerkennah, il ne restait plus grand-chose de ces souvenirs d’enfance, mais la petite fille en moi était encore là, toujours avec le même besoin de liberté. »

– Shiraz Bazin

 

 

Publié par les éditions marseillaises Le Bec en l’air, L’écume des amnésies est le premier livre de la photographe franco-tunisienne Shiraz Bazin-Moussi. C’est un retour en tirages Fresson au pays de l’enfance, les méconnues îles Kerkennah, archipel situé au large de la ville côtière de Sfax.

L’écume des amnésies est un livre de grande délicatesse, dont la matière documentaire, devenue onirique par la force du procédé de tirage quadrichromie au charbon direct Fresson, est chargée d’une poésie qu’exalte la
reliure à la japonaise – les pages non découpées, le papier qui s’ouvre en retenant ses secrets.

En recourant à ce procédé, la photographe parvient à donner à ses photographies des couleurs subtilement oniriques, en résonance parfaite avec sa démarche qui concilie la quête de l’insouciance enfantine avec celle de la mémoire d’un pays qui a été privé d’images. Avec cette série, elle interroge aussi les liens entre cartographie et pouvoir.

Fabien Ribéry, l’Intervalle

 

 

 

Biographie

Shiraz Bazin-Moussi a d’abord été journaliste puis photographe dans la presse touristique, avant de créer sa propre structure de production spécialisée dans les nouveaux médias. Parallèlement, elle arpente les territoires de la photographie par la pratique de procédés anciens et par l’exploration introspective de sujets comme la mémoire, l’enfance, les rêves et l’histoire. L’Écume des amnésies est son premier livre, avec comme point de départ ses origines franco-tunisiennes.