ACTUELLEMENT : Exposition collective / H O R I Z O N

H O R I Z O N

 

Exposition du 4 novembre 2021 au 19 février 2022

Vernissage le jeudi 4 novembre à partir de 18h

 

Rémy Artiges

 

« Trois jours après en ouvrant les yeux, Odile et Franz aperçurent la mer. Elle ressemblait à un théâtre, le théâtre dont la scène se situe exactement à l’horizon. Au-delà, il n’y a plus que le ciel. Devant cette harmonie qui se propageait doucement en vastes ondes, Franz et Odile aperçurent tout à coup ni limites ni constructions »

Jean-Luc Godard, Bande à part.

 

De la peur enfantine ou antique du bord du monde à la perfection répétée de la figure, c’est de cet horizon-là dont nous parle cette exposition. 28 photographes contemporains fixent une ligne et immobilisent le paysage au bout du voyage, lointain ou tout proche.

En face, Gilbert Bellan (1868-1951) peint des aquarelles marines de la côte vendéenne. Dans un éblouissement camusien il traque sans cesse les noces de la lumière et de la mer sur la ligne d’horizon. On n’en finit pas d’écrire avec la lumière.

Th. D.

Gilbert Bellan, mer et ciels de Vendée, circa 1925

 

Artiges – Beltzig – Boudjelal – Blenkinsop – Daufresne  Dailleux – Dessert – François – Frank – Grunchec – Herbaut  Huguier – Iverné – Konopka – Lefebvre – Marchesi – Moon  Nunez – Plossu – Riboud – Roudière – Sammallahti   Shiraishi – Space Collectibles – Sugimoto – Taylor
Tiberghien – Winship – Yevnine

&

Bellan

 

Damien Daufresne

 

Laure Tiberghien

 

Bruno Boudjelal

 

Sarah Moon

 

Pentti Sammallahti

 

Françoise Huguier

 

Nous remercions :

La galerie Camera Obscura (Eric Dessert, Sarah Moon, Françoise Nunez,
Bernard Plossu, Marc Riboud, Pentti Sammallahti, Christopher Taylor),
la galerie Les Douches (Bogdan Konopka),
la galerie Esther Woerdehoff (Gregor Beltzig),
l’agence VU’ (Vanessa Winship, Guillaume Herbaut)
la collection Th. Doubliez,
ainsi que la famille de Gilbert Bellan et sa collection.

 

Gilles Roudière

 

“Gilbert Bellan est tour à tour le peintre du traité de Versailles, des ruines de la Grande Guerre, de la Victoire (1918) ou de la Libération (1944). Il est un admirateur inconditionnel de Georges Clemenceau. De Paris aux côtes de Vendée, il accom-pagne le Tigre tout au long des dernières années d’une retraite heureuse. De sa maison sur la dune, Clemenceau lui commande un « chêne vert titanesque » auquel il s’identifie. L’Ancêtre c’est lui.”

Extrait du livre Gilbert Bellan – le peintre de Clemenceau, éditions du CVRH, 2019.

 

Gilbert Bellan, mer et ciels de Vendée, circa 1925.